Appel à la solidarité avec les Universitaires pour la paix en Turquie.

La liberté académique est menacée en Turquie. En effet, le gouvernement Turque a dans sa mire les «Universitaires pour la paix», les signataires de la Déclaration de paix, laquelle enjoignait au Gouvernement de cesser les violences dirigées contre les civils Kurdes des provinces de l’est en Janvier 2016. Depuis leur signature, professeurs titulaires, chargés de cours, assistants à la recherche et étudiants au cycles supérieurs sont la proie d’enquêtes disciplinaires, de poursuites en justice, de congédiement, de retraites et de démissions forcées. À date, plus de trois cent (300) signataires ont perdu leur emploi, leurs fonds de pensions et leur droit de voyager à l’étranger.

 

SCFP / CUPE 4600, en collaboration avec le Syndicat des travailleurs de l’éducation et des sciences (EGITIM SEN) de Turquie, vous invite à contribuer au mouvement international de solidarité envers les Universitaires pour la paix.

 

Les contributions individuelles ou institutionnelles sont les bienvenues.

Les dons peuvent être effectués sous forme de chèque ou de virement électronique par courriel.

 

Pour les dons par chèques, veuillez noter «en solidarité avec les Universitaires de Turquie» au bas de votre chèque et postez-le à l’adresse suivante:

 

CUPE 4600

511A Unicentre

1125 Colonel By Drive

Carleton University

Ottawa, Ontario

K1S 5B6

 

Pour les virements électroniques par courriel, veuillez d’abord faire le transfert à l’adresse courriel suivante : doa@cupe4600. Par la suite, veuillez faire parvenir un courriel à la même adresse, en indiquant votre question de sécurité et votre réponse.

 

Mise en contexte

 

En Janvier 2016, 2212 universitaires signèrent une pétition intitulée “Nous ne seront pas complices de ce crime,” aussi connue  comme la déclaration de la paix. Cette déclaration enjoignait au gouvernement turque de cesser les violences envers les populations kurdes des provinces de l’est. En effet, depuis juillet 2015, on a vu un accroissement des violences envers les kurdes, a la suite du conflit entre les forces armées turques et le PKK. Depuis la pétition, les signataires ont été soumis à de fortes pressions et à diverses formes de persécutions, allant des enquêtes pénales et disciplinaires, de la garde à vue, de l'emprisonnement et des menaces, au licenciement, à la suspension et à la démission forcée. Pour une liste mise-à-jour des violations des droits envers les Universitaires pour la paix, veuillez cliquer ici.

 

L’an dernier, plus de trois-cent (300) signataires ont été retirés des universités à l’aide de décrets statutaires. À ce jour, il n’est pas clair si les universitaires touchés par ces mesures pourront faire appel de la décision qui a mis fin à leur carrière et invalidé leur passeport. Ils ont cependant besoin de subsister durant cette période difficile.

 

Des milliers d’universitaires à travers le monde ont condamné ces poursuites, dont le Comité des droits de l’homme de l’Académie nationale des sciences, avec une déclaration qui a également été signée par des lauréats du prix Nobel. Au Canada, les organisations concernées, dont  l’Association Canadienne des professeures et professeurs d’université et  Le Syndicat Canadien de la fonction publique (SCFP 3902)   ont exprimé leur support et leur solidarité envers les Universitaires pour la paix en Turquie.

 

Nous sollicitons votre contribution à notre compte de solidarité pour renforcer la solidarité internationale avec les Universitaires pour la paix en Turquie. En coordination avec le Syndicat des travailleurs de l'éducation et des sciences (EGITIM SEN), les dons recueillis seront répartis entre les universitaires qui ont perdu leur emploi.

 

 

Pour une foire aux questions sur les Universitaires pour la paix, cliquez ici.

 

Pour une liste des organisations qui ont publié des déclarations de solidarité avec les Universitaires pour la paix, cliquez ici.

 

 

EN SOLIDARITÉ AVEC LES UNIVERSITAIRES POUR LA PAIX!